Communiqué de presse de l’USD CGT 69

Lyon, le 7 décembre 2016,

Communiqué de presse

La CGT se bat pour l’accès aux soins pour tous, pour la prise en charge des personnes âgées, des personnes dépendantes…Le soin, l’accueil, nécessitent beaucoup de chaleur humaine, de contact humain, de compétences…Pour cela il faut des moyens en personnel dans nos établissements.

Aujourd’hui ils sont non seulement insuffisants mais on les réduit pour faire des économies.

Nous sommes totalement opposés à cette politique. Pour nous, il faut au contraire développer nos hôpitaux, nos établissements, les structures sociales et médico-sociales afin de répondre correctement aux besoins de la population et de redonner du sens à nos missions.

Redonner du sens, oui, c’est le grand projet de la CGT qui milite pour un grand service public de santé et d’action sociale. Face à cela on nous oppose des mesures d’austérité qui touchent une population toujours plus dépourvue de solutions pour se soigner ou pour placer une personne dépendante. Il faut arrêter de fusionner, de supprimer des services, des établissements, des lits.

Dans tous les hôpitaux, les cliniques, c’est la même politique qui s’applique et des tensions extrêmement graves ont lieu. Poussés par les gouvernants et parfois les pouvoirs locaux, les directions utilisent menaces, chantage, pressions…pour mener leur politique d’austérité.

La mise en place des groupements hospitaliers de territoire qui est en cours ne fait qu’accentuer cette situation. Rappelons que nous sommes opposés à cette nouvelle loi santé depuis le début ; elle n’a rien d’un vrai projet d’avenir pour le service public hospitalier, social et médico-social.

Nous défendons un système solidaire, accessible à tous, pour tous, quelle que soit la situation économique ou sociale de la personne, quel que soit le lieu, le quartier d’habitation… Avec la nouvelle réforme hospitalière c’est le contraire qui se passe.

Oui, les urgences, les hôpitaux sont saturés, oui les EHPAD manquent de place, tirons-en les conclusions et les vraies, et mettons les moyens financiers pour que ça change. Aujourd’hui dans nos établissements les personnels sont totalement insatisfaits de leur travail, de la mission qu’ils sont en devoir de mener ; ils ont bien conscience que le rendu à la population n’est pas satisfaisant et c’est pour cela que de nombreuses voix s’élèvent, de nombreuses résistances se créent.

Oui, la CGT, avec les personnels refusent de cautionner cette situation d’injustice et d’inégalité auxquelles nous nous confrontons tous les jours.

Pour cela nous soutenons, nous développons et avons la volonté de rassembler les mobilisations qui existent dans les établissements.

La CGT appellera avec d’autres syndicats à des suites à la manifestation du 8 novembre.

 

Ci-joint une fiche de quelques exemples d’établissements.

 

Fiche d’illustration par quelques exemples

Vinatier

Depuis 2013 40 lits ont été supprimés. La direction veut fermer 2 unités en 2017 et donc supprimer encore 48 lits. Restructuration de la pédo psy (fermeture, fusion, suppression de postes). On éloigne, de fait, les patients de l’accès au soin. 3,5 millions d’euros d’économie prévus pour 2017, c’est l’équivalent de 77 postes.

 

HCL

Depuis 2008, 1500 postes ont étés supprimés au nom de la maîtrise des dépenses et de retour à l’équilibre financier ; au détriment de la qualité des soins, et en détériorant les conditions de travail. Les heures supplémentaires sont au plus haut plus d’un million deux cent mille ; le compte épargne temps des personnels non médicaux compte 65357 jours. Le personnel n’en peut plus. Des établissements et des services sont fermés. Le privé lucratif exerce au sein même des établissements (IRM…). Le groupement hospitalier de territoire centre et les politiques de rigueur budgétaires vont encore aggraver la situation, et permettre l’emprise du privé sur les soins de suite, la gériatrie (EHPAD) ; mutualisation des personnels, liste d’attente pour les rendez-vous, perte de la proximité pour l’accès aux soins, délais de prise en charge allongés….Cette politique de casse des Hospices Civils de Lyon, se fait avec la validation de la Direction Générale et de M. Collomb Sénateur Maire et Président du Conseil de surveillance.

 

Grandris

Menace de remise en cause des 35h.

 

Villefranche

C’est un établissement support du GHT. Il sert de catalyseur à la fusion des petits établissements. Le syndicat CGT avec tous les autres syndicats du GHT refusent de cautionner la politique de santé menée par la ministre Touraine. Ils revendiquent des établissements de proximité avec des directions d’établissement indépendantes et responsables. Ils manquent aussi de moyens, ce qui amène de nombreuses dérives sur les organisations de travail. L’objectif du GHT étant d’organiser une mobilité des personnels et de réaliser des économies en fusionnant des établissements.

 

IDEF

Conditions de travail totalement dégradées ; la prise en charge d’un public en grande difficulté est rendu difficile par un manque de protection institutionnelle. Les personnels ne se sentent pas en sécurité…beaucoup de précarité.

 

Hôpital local et EHPAD de Belleville

De nombreux arrêts de travail liés aux conditions de travail…prise  en charge de plus en plus lourde. Patients poly pathologiques et pas plus de monde auprès du patient. Les personnels se trouvent confrontés à un conflit de valeur sur le terrain par rapport à ce qu’on leur enseigne dans les écoles professionnelles.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.