Compte Rendu CHS-CT du 10/04/2017

Alerte en Gérontopsy :

Depuis décembre 2016, nous alertons sur les mauvaises conditions de travail à Renoir, mais nous avons généralisé notre alerte à tout le PSA dès le 23/02, après un CHS-CT qui n’a pas eu d’effet, nous lançons une nouvelle alerte concernant les effectifs soignants et médicaux. Aujourd’hui, le Médecin et la cadre supérieure nous assurent d’une présence médicale renforcée, grâce à la nomination d’un Praticien Hospitalier, au recrutement d’un médecin et de stagiaires médecins marocains ayant déjà une grande expérience. Les effectifs soignants sont également maintenus à 4 au minimum. En dessous de ce nombre, de l’accord de tous, il n’est pas possible de travailler semaine et week-end.  Du matériel d’aide à la manutention de malades est acquis et notamment des lits dit « Alzheimer ». Des mesures sont mises en place avec les « adresseurs » (médecins traitants, gériatres…) pour limiter la comorbidité à l’hôpital et l’engorgement des 3 unités.

Commentaire CGT : les équipes ont eu bien raison de dénoncer leurs mauvaises conditions de travail, elles semblent avoir été entendues.

Organisation du travail des ASH :

A l’ITTAC, une ASH seule faisait le travail de deux. Suite à l’une de nos alertes, le poste ASH est en discussion, mais rien n’a bougé depuis le dernier CHS-CT ; idem pour les ASH du pôle Est qui sont en souffrance : A Denicker, Cerletti, Jouvet, où ils détiennent notamment le triste record de maladies professionnelles ASH, mais aussi à Bonnafé et Lasègue où ils ne sont plus que 5 au lieu de 8, pour ces deux unités. L’encadrement laisse ces services en sous effectifs d’ASH en promettant de nouvelles formes d’organisations. Une fois de plus, la représentante de la direction s’est dite impuissante et nous renvoie vers la direction du pôle.

Commentaire CGT : L’organisation a bon dos pour faire passer le manque de personnels.

PTI (Protection du travailleur isolé) :

A priori la mise en service du PTI ne se fera pas avant Septembre 2017 car la direction est toujours face au même problème de couverture insuffisante. Notamment les bâtiments H 2012 et 503 (pôle Psychiatrie du Sujet âgé). Elle est dans l’attente de l’installation « d’antennes relais » afin d’assurer le bon fonctionnement des appareils.

Le PTI sera fonctionnel sur l’ensemble de l’hôpital, seule la pénitentiaire à l’UHSA gardera le système de Talkie-walkie.  Un problème se pose pour l’UHSA car ce système de T-walkie est obsolète. Ainsi  la communication entre les équipes soignantes et celles de la pénitentiaire ne pourra se faire que par message oral ou par texte.

Commentaire CGT : Ces problèmes techniques ne sont pas simples à résoudre rapidement, mais les années passées sans PTI sont surtout imputables au mépris qu’a la direction pour notre sécurité. Elle a en effet attendu des années avant de prendre la décision de remplacer un système qui ne fonctionnait pas.

 

Pontalis (Pôle Ouest) :

Nous avions déjà alerté sur la situation de ce service au dernier CHS-CT. Nous avions, à l’époque, soulevé l’existence d’une rupture de dialogue entre soignants et médecins. Nous avions également constaté une fatigue psychique et physique de l’équipe. Cette situation est entretenue par des « retours sur repos », des « petites tournes », des « congés reportés ». C’est le « bricolage » qui compense le manque d’effectifs du service. Celui-ci est  dû tout à la fois aux accidents du travail, aux arrêts maladie et aux arrêts de maternité non remplacés. Dans ce climat, un accident grave est survenu, entraînant le décès d’un patient. De l’enquête, il ressort que cela faisait  3 jours que le patient s’agitait dans le service, sans prise en charge de prévention et d’évaluation clinique…

Commentaire CGT : La direction des soins se propose « d’aller voir ». Pendant ce temps, les soignants continuent de venir travailler sur 5 à 6 jours d’affilé, de fonctionner en « petites tournes » et de revenir sur leurs repos…!

Règlement intérieur du CHS-CT :

La direction soumet un texte aux débats et aux votes. Ce texte permettrait à la direction d’avoir 9 participants permanents face aux 9 représentants du personnel ( pour 2500 agents). Pourtant la loi fixe la composition du CHS-CT. L’article R 4615-12 du code du travail donne la possibilité à 3 collaborateurs de la direction de participer aux réunions. Sinon il y a délit d’entrave. Nous proposons une formulation qui permettrait à la direction d’inviter qui elle souhaite, mais en le soumettant à l’acceptation du CHS-CT. La direction reste intransigeante et ne veut pas changer son texte. Le vote a donné : 1 voix pour le texte de la direction (CFDT), 4 voix contre (CGT) et 3 abstentions  (FO).

Commentaire CGT : Nous nous interrogeons sur le vote des autres représentants du personnel et nous réjouissons qu’il n’y ai pas eu de majorité pour un texte qui aurait avalisé un recul de nos droits.

Rapport d’activité de la « médecine du travail » :

Celui-ci illustre la dégradation des conditions de travail pour toutes les catégories de travailleurs de l’hôpital. Les médecins du travail ont lancé trois alertes en 2016 :

– Une première qui concerne l’épuisement important des médecins, avec un cas de « burn-out ».

– Une seconde sur les nombreux AT, les arrêts maladie du personnel du Pôle du Sujet Adulte, qui complétait notre alerte, déposée à la même période.

– La troisième concernait la situation du  service Requet qui comptait également de nombreux AT et sur laquelle nous avions également alerté. Les médecins alertent également sur le faible nombre de « visites de reprise » concernant les collègues arrêtés plus de 30 jours. Elles rappellent que ces visites sont absolument obligatoires afin de donner un avis d’aptitude.

La M.A.S la nuit :

Les conditions de travail de l’équipe de nuit ne sont pas satisfaisantes. Nos collègues travaillent trop souvent en n’étant que deux. Dans ces conditions, le travail est épuisant physiquement, mais également angoissant, car alors, une partie des patients n’est pas en sécurité. En effet, le service est cloisonné en 4 unités de 10 lits chacune. La surveillance des 40 patients est impossible à 2.

Commentaire CGT : Dommage que la direction refuse d’utiliser cet argument auprès de l’ARS pour obtenir des effectifs supplémentaires pour la nuit à la MAS.

Pour faire constater une situation de Danger Grave et Imminent,  toute situation pouvant faire l’objet d’une alerte CHS-CT ou d’une question au CHS-CT, n’hésitez pas à contacter le syndicat CGT au 5319
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *