CGT de l’ESMPI (Bourgoin-Vienne) : Pas question d’être collabo !

La CGT de l’ESMPI s’insurge contre les directives des ARS qui demandent aux établissements de soins psychiatriques dont le nôtre de collaborer aux mesures sécuritaires du ministère de l’intérieur, alors que nos missions sont de soigner et de protéger.

L’Union Syndicale de la Psychiatrie et le Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux avaient déjà émis un communiqué datant du 29 décembre 2017 pour dénoncer ces directives :

« Certaines ARS viennent de donner l’instruction aux établissements psychiatriques de faire signer sous contrôle des cadres de santé, pour une transmission aux préfectures, les notifications d’obligations de quitter le territoire pour des patients hospitalisées sous contrainte. »

« La consigne donnée aux personnels soignants de devenir des agents administratifs pour le compte du Ministère de l’Intérieur est de plus inacceptable. »

« …la psychiatrie publique…devrait devenir l’auxiliaire de la (non) politique d’immigration, en faisant fi de l’état psychique des patients dont ils ont l’obligation de s’occuper et abandonner toute référence à la déontologie médicale et à l’éthique des soins. »

La CGT de l’ESMPI est choquée de ces directives et d’autant plus depuis  ce lundi 15 janvier 2018, jour où la direction de notre établissement a collaboré à la remise d’un patient aux forces de l’ordre en vue de son transfert au Centre de Rétention Administrative pour une expulsion du territoire français, et ce sans aucune réquisition !

La police est venue chercher cette personne au sein même de l’Unité de soins, le patient étant sur le point de sortir de l’établissement ! Etait-il urgent de venir le « cueillir » dans le service ? ? ! !

Il s’agit d’un patient pris en charge depuis des décennies par l’établissement, en France depuis son plus jeune âge, dans une situation administrative très complexe mais avec des démarches en cours.

Où est le soin dans ce contexte ? Peut–on encore parler d’alliance thérapeutique ? ?

Où sont les valeurs pourtant encore prônées par la Fondation BOISSEL  à l’occasion des vœux 2018 : «  Protéger, Réinsérer, Innover ». Est-ce là une innovation de faciliter les expulsions ?

Nous tenons par là-même signifier le grand malaise subi par les soignants qui ont dû bien malgré eux assister à cette situation !

Nous ne pouvons pas cautionner de telles pratiques, qui vont à l’encontre de nos valeurs soignantes et citoyennes.  Ceci a fait l’objet d’une saisine auprès du Comité d’Ethique de l’ESMPI.

L’hôpital doit rester un lieu de SOIN ! Disons NON  ! ! RESISTONS ! ! !

LIBERTE  EGALITE  FRATERNITE

CGT de l’ESMPI, Le 18 janvier 2018.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *