APPEL des urgences de lyon en luttes. Rassemblement devant l’ARS le 3 avril

Y’A URGENCE L’HÔPITAL EST MALADE   

À Édouard-Herriot, à Croix-Rousse, à Saint-Luc-saint-Joseph, Au Vinatier… PARTOUT NOUS SOMMES EN COLERE !

Le mouvement lancé par le personnel des urgences de Lyon Sud le 22 janvier dernier continue de s’étendre aux urgences des hôpitaux lyonnais. À chaque grève, dans chaque hôpital, c’est un même combat contre le manque de postes et de moyens, la précarité, les conditions de travail intenables, la maltraitance des patients.

Dans tous les hôpitaux, nous, personnel hospitalier, pouvons mettre fin à cette situation. Les directions hospitalières doivent comprendre que nous sommes solidaires et déterminés. Ce n’est pourtant pas compliqué : nous voulons faire notre travail correctement et humainement. Des effectifs et des moyens, voilà ce que nous voulons. Alors, c’est tous ensemble qu’il faut manifester notre ras-le-bol !

 Nous ne sommes pas seuls. Des grèves dans les hostos, il y en a tous les jours. Les personnels ne veulent plus se tuer au travail et maltraiter les patients. Aux Urgences de Bourges, au CHU de Limoges, au CHU de Toulouse, à Agen, à Lodève et ailleurs, nos collègues hospitaliers ont aussi décidé de se mettre en grève pour dénoncer des conditions de travail et d’accueil des patients intolérables !

UNISSONS-NOUS !!!  NOTRE FORCE C’EST D’ÊTRE ENSEMBLE !!!

Retrouvons-nous au rassemblement devant l’Agence régionale de santé pour dire STOP ! Nous voulons des moyens pour la santé. Nos directions hospitalières, l’ARS et la Ministre de la Santé doivent NOUS DONNER LES MOYENS DE TRAVAILLER EN SECURITE ET DIGNEMENT.

 Rendez-vous le Mardi 3 avril à 11h45 métro Garibaldi pour rejoindre le rassemblement devant l’ARS à 12h

 

 Parce que 72h d’attente sur les brancards, c’est pas tolérable !              

Parce qu’un arrêt cardiaque en salle d’attente, c’est pas tolérable !

Parce que ne pas avoir le temps d’accompagner les patients aux WC, c’est pas tolérable !

Parce que macérer dans ses déjections, c’est pas tolérable !

Parce que courir après un rat dans un service hospitalier, c’est pas tolérable !

Parce qu’un patient sans drap ni couverture sur un brancard en hiver, c’est pas tolérable !

Parce que déshabiller un patient et le changer dans le couloir, c’est pas tolérable !

Parce qu’ attendre un avis médical, un examen ou une place d’hospitalisation pendant 6 heures, c’est pas tolérable !

Parce que ne pas pouvoir répondre à un besoin primaire, c’est pas tolérable !

 Les directions ne nous entendent pas ! Le gouvernement non plus !

C’est un cri d’alerte que nous lançons à Mme Buzyn, ministre de la santé car il y a une véritable insécurité dans les services d’urgence pour les patients et le personnel.

Nos revendications demeurent :

–         Lits d’hospitalisation avec arrêt d’hospitalisation dans les couloirs.

–         Du personnel : brancardiers, IDE, AS, ASH, médecins, agents de sécurité, agents administratifs, etc…

–         Des moyens et du matériel : draps, chemises, matériel de surveillance cardiaque, etc… Les urgences doivent être reconnues comme une spécialité à part entière. Nous demandons l’instauration d’une prime d’urgence.

–         Actuellement on gagne à peu près 0.90 euros l’heure de nuit ! Ce n’est pas admissible !! Nous demandons une augmentation de cette prime.

–         Alternance imposée, risques professionnels (agressions, surcharge de travail, rythmes, pressions, responsabilités…)

 

CGT          FO         SUD      CFTC

tract appel 3-04-18

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *