CME du 2 avril : du rififi chez les toubibs

Compte rendu de la CME du 2 Avril 2015

La CME du 2 avril a été une CME houleuse et courte. Le premier et seul point qui a été traité durant cette CME est la lecture d’un courrier porté par la communauté médicale de notre établissement pour dénoncer le climat d’insécurité et délétère qui règne dans notre hôpital pour tout le personnel qui y exerce.

Ce courrier demande l’arrêt du management par la terreur, la remise en place immédiate d’un dispositif d’appel d’urgence, la reconnaissance des compétences de chacun et l’arrêt des disqualifications de la part de notre directeur. Cette politique entraîne une baisse inquiétante de l’attractivité de notre établissement.

Il y est précisé entre autre que : « …Chaque agent exerçant dans l’établissement qu’il soit médecin, soignant, ou non soignant, se doit de pouvoir faire valoir ses idées, propositions, dans le respect des procédures institutionnelles, sans être soumis à un climat délétère de terreur, néfaste pour poursuivre une discussion constructive et créative dans laquelle le champ de compétence de chacun est reconnu. Le management par la terreur renforce le climat d’insécurité. Aucun dérapage, concernant l’un des nôtres, l’un de nos collaborateurs ou notre institution ne sera toléré. C’est l’ensemble de la Communauté Médicale qui se mobilisera, afin que le médecin ne se retrouve pas dans une situation de violence interpersonnelle. Le soin psychique ne peut se dérouler en dehors d’un sentiment de sécurité, de conditions de travail adaptées et d’un cadre où chaque soignant se sent soutenu par l’institution dans laquelle il travaille… ».

Il s’en est suivi un débat dans lequel des médecins, des professeurs ont pu exprimer leur vécu face aux menaces individuelles, au manque de considération qu’ils ont pu subir et qui ne touchent pas uniquement le corps médical. Suite aux réponses insatisfaisantes, voire méprisantes du directeur tout le corps médical a quitté la CME.

La CGT du Vinatier apporte tout son soutien à ce courrier de la communauté médicale. Nous voyons bien que tout personnel, quelque soit son grade, sa profession est victime du management par la peur induit par notre directeur. De l’ASH au Professeur,…, tout le monde vit la même chose depuis des années et il y a des enjeux de fond pour la qualité des soins, pour notre qualité de vie au travail qui méritent que nous soyons tous unis et solidaires pour mettre fin à cette mascarade.

Bron, le 2 avril 2015

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.