assemblée générale des personnels du Vinatier Le 5 septembre à 14h30 au local de la CGT

Ensemble, préparons le 12 septembre, journée de grève nationale interprofessionnelle :

A peine élu, le gouvernement Macron s’est lancé dans une attaque massive des droits collectifs des salarié-e-s, des étudiant-e-s, des retraité-e-s et des privé-e-s d’emplois. L’ancien gouvernement avait imposé la loi travail à coup de 49.3, Macron veut le faire à coup d’ordonnances. Pour eux tous les moyens sont à mettre en œuvre pour imposer la dictature capitaliste.

C’est la mise en place d’une politique minutieuse de destruction massive de nos droits. Aujourd’hui c’est le code du travail (généralisation des accords d’entreprise au rabais avec baisse de salaire, hausse du temps de travail, licenciements simplifiés, fin du CDI, renforcement du patronat de droit divin, fusion des instances représentatives du personnel…), la baisse des APL, le gel du point d’indice et donc des salaires, l’instauration du jour de carence pour les fonctionnaires…

La CGT Vinatier dénonce cette mascarade de dialogue social qui n’est là que pour faire appliquer la politique du MEDEF : enrichir les plus riches en appauvrissant tous les autres et mater toutes contestations sociales.
Non, la régression sociale ne se négocie pas, elle se combat aussi bien au niveau national que local. Certaines directions syndicales se contentent de cette mascarade et veulent nous faire croire qu’il ne faut pas les combattre. Nous disons l’inverse, nos droits ne peuvent pas être bradés. Nous appelons tous les personnels et les syndicats qui refusent cette politique à se mobiliser avec nous.

Unis, nous sommes une vraie force. Le pouvoir en place en a conscience et fait tout pour nous le faire oublier et nous diviser. Toutes les grandes avancées sociales ont été obtenues dans la rue, par des grèves et des mouvements sociaux massifs. C’est à nous de recréer les conditions nécessaires pour, à nouveau, nous faire entendre et respecter.

Nous le savons, ce gouvernement au service du patronat et de la finance ne s’arrêtera pas là. Demain ce sera au tour des retraites, de l’assurance chômage, de la sécu, de l’économie de 11 milliards dans la fonction publique préconisée par la cour des comptes (cela équivaut à 285 000 emplois, l’allongement du temps de travail, le frein à l’avancement de carrière, …). Rappelons que ce même gouvernement baisse les critères de l’ISF (Impôt Sur la Fortune), que Macron via le CICE (Crédit d’impôt pour la Compétitivité) a offert avec l’ancien gouvernement 40 milliards aux entreprises sans contrepartie, que les 500 plus riches français ont augmenté leur capital de 35%…

Dans ce cadre-là, la CGT appelle à une journée nationale de grève le 12 septembre contre la casse du code du travail et contre toutes les mesures d’austérité qui ont pour seul but de nous appauvrir toujours plus et de nous mettre à la merci du patronat.

Nous ne sommes pas dupes, si le code du travail est réformé, la fonction publique ne sera pas épargnée.
Nous devons être dans la bataille !

Ensemble, préparons le 26 septembre, journée de grève nationale de la psychiatrie :

La psychiatrie n’est pas épargnée par ce gouvernement comme elle ne l’a pas été par les précédents. Le 26 septembre doit être l’occasion de dénoncer les attaques subies depuis plusieurs années par la psychiatrie. Au Vinatier c’est la fermeture de 40 lits avec le plan hôpital 2012, c’est la suppression de 49 postes en 2017 avec la fermeture de foyers, de CMP, d’hôpitaux de jour, de services, de nouveaux roulements qui suppriment de fait les RJDF…

Pour la santé, la feuille de route du ministère prévoit l’économie de 15 milliards sur les 5 ans à venir !
Il n’est pas question d’accepter les réductions constantes de budget qui impactent notre travail au quotidien. Comme sur notre Hôpital, des actions sont menées de partout en France contre cette politique qui ne répond qu’aux enjeux économiques en dénigrant les besoins de la population. Il faut abandonner la pure gestion comptable et rendre les projets aux professionnels.

Oui la psychiatrie doit se mobiliser, il n’est pas question d’accepter l’austérité qu’ils nous imposent, nos revendications sont nombreuses et doivent être entendues :
Stop à la privatisation, aux restructurations, aux regroupements, aux délocalisations… et donc abrogation des loi HPST et loi santé !
Maintien et renforcement de tous les services techniques, économiques, généraux et administratifs. Nous affirmons par exemple que la buanderie, la radiologie sur le site sont des avantages considérables pour l’établissement. La proximité des services logistiques et administratifs est une nécessité.
• Stop aux fermetures de lits. Réouverture d’unités de soins en intra comme en extra.
Défense d’une psychiatrie de secteur par le maintien et le développement des structures extra-muros, des équipes pluridisciplinaires permettant une prévention et un suivi répondant aux besoins de la population.
• Stop aux fusions de secteurs actuellement plus que jamais actées sur notre établissement. Nous continuons de dénoncer la mise en place des pôles.
Défense et renforcement d’une véritable psychiatrie de secteur.
Rejet de la tarification à l’activité synonyme de privatisation et de mise en concurrence des structures hospitalières publiques.
• Augmentation des budgets hospitaliers à hauteur des besoins permettant le maintien et le développement de l’activité publique.
Revalorisation massive du point d’indice !
• Suppression des quotas et mise en œuvre de grilles de salaire linéaires pour toutes les catégories de professionnels !
• Titularisation de tous les contractuels
• Formation et embauche de personnel à la hauteur des besoins des hôpitaux.
Abrogation de la loi sur l’ordre infirmier.
• Arrêt des exonérations patronales. Les patrons doivent payer leurs dettes !

La CGT Vinatier appelle tous les personnels, mais aussi les autres organisations syndicales de l’établissement, à se réunir le 5 septembre pour préparer ensemble les grèves qui débuteront le 12 septembre et celle du 26 septembre pour faire face à ce gouvernement des riches et défendre le droit du travail, le statut, la psychiatrie.
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *