Compte rendu du CTE du 8, 15 et 23 juin 2017

Une petite introduction générale : depuis octobre 2016 une partie des personnels du Vinatier sont mobilisés pour dénoncer le plan d’économies de 3.5 millions. C’est un mouvement assez suivi aussi bien sur l’intra que sur l’extra avec des actions pouvant regrouper de 100 à 150 personnes. Le collectif pédopsy a démontré que les personnels pouvaient lutter tous ensemble, toutes catégories confondues. L’appel des médecins a démontré que, non seulement les consciences s’éveillaient mais que des éléments de dénonciation de cette politique étaient posés par d’autres que nous, la CGT, et les autres organisations syndicales. C’est dans ce sens que, engagé depuis toujours dans la lutte, notre syndicat est satisfait de la résistance qui se développe à la suppression de postes, de fusions d’unités.
Le directeur, M. Meunier est parti ; un autre arrive : M. Mariotti en poste à St Egrève. C’est aussi un casseur et les camarades et collègues de St Egrève peuvent en témoigner.
Il faudra l’accueillir mobilisés comme jamais, montrer un front de refus à la politique de destruction qu’il va vouloir mener, répondre en mettant en avant les besoins des populations de notre secteur qui sont énormes et nos revendications.
Oui, monsieur le directeur vous allez vous attaquer à un gros morceau !

2017 : 37 déménagements, c’est énorme ! Et ça explose les équipes.

50 postes ont déjà été effectivement supprimés depuis le début de l’année

Création de la nouvelle unité du pôle Centre : URPS

Il s’agit de la fusion de La Traille et de Transval : 7 postes supprimés – 1 IDE, 2 ASH, 4 Aides soignants. Suppression de 10 lits. Les organisations de travail proposées ne sont pas viables, il n’y de fait pas assez de monde. Il y a eu un vote contre à l’unanimité de tous les syndicats. Le projet a été représenté le 15 juin, avec le même vote (le projet n’avait pas été modifié). Le directeur a dit : « On s’en fout, on appliquera quand même ! » La direction des soins utilisera Woog et les remplacements internes pour faire face aux problèmes d’effectif. Le système montrera vite ses limites et la direction envisage déjà de le généraliser en s’attaquant aux effectifs des dimanches pour toutes les unités. Son objectif : qu’il n’y ait que des effectifs minimums le dimanche.

Service sûreté (Poste de garde)

Le directeur veut organiser, à partir du 1er janvier 2018, une rotation régulière des agents de jour et de nuit, sous prétexte que les agents de nuit ne peuvent pas accéder aux formations la journée. C’est la fin des équipes fixes de nuit. Attention c’est une expérience qui pourrait s’étendre. La CGT s’est prononcée, comme toujours, pour une équipe fixe de nuit.
Vote : contre CGT et FO, pour : UNSA et CFDT.
Bilan social 2016
Il n’est pas bon ce bilan. Quelques exemples : note de service sur le temps de travail sortie fin juin 2017 au lieu de décembre 2016. De très nombreuses unités (ou lieus de travail) sont en difficultés suite aux restructurations… des conditions de travail qui se sont dégradées de partout , la politique de la direction n’a fait qu’aggraver les choses et malheureusement ça continue mais nous avons bon espoir de stopper cette dégringolade en enfer, si les personnels qui n’ont pas encore participé aux luttes arrivent à sortir de cette léthargie ambiante.
Vote : contre : CGT et FO, pour CFDT et UNSA

Bilan de la médecine du travail 2016

Départ à la retraite d’un des médecins du travail fin 2016, l’autre est prévu fin 2018 et toujours pas de recrutement en vue. Le Vinatier va-t-il rester sans médecin du travail ?
Au niveau national la situation est catastrophique, c’est volontairement organisé pour enlever au personnel un lieu refuge, de soutien, un lieu où on peut faire part de son mal être. De plus il y a une pénurie de vaccin pour l’hépatite B, on connaît l’importance de ce vaccin en psy. C’est une pénurie qui est organisée nationalement et qui va entraîner des choix dramatiques. Non, cette pénurie n’est pas à cause des pays pauvres qui seraient plus demandeurs, comme cela a été dit quelquefois, mais les pauvres ont bon dos et pour nos dirigeants c’est toujours de leur faute : ils coûtent trop cher à la sécu, les salaires sont trop élevés…

UMD Projet de nouvelle organisation des ASH

La direction voulait présenter ce projet au CTE du 8 juin sans que celui-ci ne soit passé en CHSCT, ce qui est une obligation. La CGT a donc demandé son report. Le projet a finalement été présenté le 15 juin.
Le but est de proposer une nouvelle organisation qui tienne compte des restrictions budgétaires : pour faire des économies on organise le travail avec 3 ASH de moins. Ce genre d’organisation amène les agents à travailler moins de dimanches, augmentera la charge de travail et fera baisser la qualité de la prestation. Nous avons voté contre.
Vote : contre : CGT, FO et UNSA, abstention : CFDT

Bio nettoyage au pôle EST

Comme pour l’UMD, la direction voulait le présenter au CTE sans que celui-ci ne soit passé en CHSCT.
Il s’agit d’une nouvelle organisation qui, comme à l’UMD, est mise en place pour répondre aux économies à réaliser : – 7,5 ETP supprimés et transformés en 6 postes d’AES. Le projet c’est 5 ASH pour deux unités. C’est ça le progrès ? C’est inadmissible !
C’est la désorganisation du travail qui est instaurée avec glissements de tâches, perte de sens du travail, épuisements et maladies professionnelles à la clef.
Vote contre à l’unanimité (CGT, FO, CFDT, UNSA). Projet représenté, à l’identique, le 23 juin avec un nouveau vote contre (CGT, CFTD, UNSA).

Pour ces deux dossiers, UMD et pôle Est notre organisation a demandé l’avis de l’infirmière hygiéniste. La direction a indiqué qu’elle n’en voyait pas l’intérêt.

Nous revendiquons au minimum 4 ASH par unité. Les ASH sont indispensables au bon fonctionnement de l’hôpital, ce n’est pas une profession qui peut être bradée par la direction.

Rapport d’activité 2016 et rapport financier 2016

Ils ont été dictés par les économies à réaliser, les trajectoires financières à tenir. Il n’y a aucune considération de l’humain dans ces rapports ; la question des professionnels, de leurs besoins et de leurs revendications n’est pas prise en compte…Les personnels soignants, ouvriers, médecins, sociaux, éducatifs, administratifs sont à bout… ils ont besoin de reconnaissance, ce qui passe aussi par la prise ne compte de leurs compétences et de leur avis pour répondre aux besoins des populations. Ces populations, ces familles sont dans des situations de plus en plus difficiles.
Vote pour le rapport d’activité : Contre CGT et FO, abstention : CFDT et UNSA
Vote pour le rapport financier : Contre CGT et FO, abstention : CFDT, pour : UNSA

De graves menaces planent :
Gel du point d’indice en 2018, suppression du SFT, un départ à la retraite sur trois non remplacé dans la FPH, baisse du nombre de promotions et frein au déroulement de carrière (c’est déjà le cas avec PPCR), la coupe est pleine.
Il y aura une action et grève interpro contre la loi travail le 12 septembre, elle nous concerne tous. Nous appelons les personnels à se mobiliser ce jour-là pour défendre leur statut, pour revendiquer des augmentations de salaire importantes (salaires bloqués depuis 15 ans). Ce que l’on veut ce n’est pas une énième réforme des grilles mais 400 euros minimum pour tous d’augmentation.

UHSA

La direction et les cadres usent de leur autorité pour changer le roulement et l’organisation de travail des agents de jour des 3 unités. Le but est comme dans les autres unités, avoir moins de monde le dimanche et faire des économies. Les personnels résistent et la CGT les soutient.

Promotion professionnelle

Non contente de sélectionner les agents qu’elle financera, ou pas, la direction, toujours à la recherche d’économies potentielles, a eu une idée de génie : les agents qui sont en IFSI devront désormais revenir travailler 22 jours au lieu de 8 pendant leurs congés. Il leur sera proposé de travailler pendant les congés de fin d’année ou autres congés de leur scolarité ; la direction les considère comme corvéables à volonté. Sur une promotion de 5 agents elle récupérera ainsi l’équivalent de trois mensualités d’été. C’est ce qu’on appelle « ne pas les laisser éloignés de l’institution ». La direction, comme la DGOS, estime que les agents en promotion professionnelle d’infirmier ne travaillent pas assez et les font revenir un mois (22 jours de 8 heures). Ils disent que la durée de la formation n’est que de 1.400 heures par an (durée normale de 1 603 heures pour chaque agent de la FPH. L‘arrêté du 31 juillet 2009 qui régit la formation infirmière prévoit que les étudiants aillent en cours pendant 1.400 heures et réalisent un travail personnel complémentaire (non encadré) de 300 heures par année. Un étudiant travaille donc 1700 heures par an ! Avec ce nouveau procédé la direction du Vinatier fera travailler les étudiants 1.875 heures par an ! Ce projet ne passe même pas au CTE alors que les agents ont déjà signé leur contrat. Un scandale !
Nous demandons le maintien de ce que notre syndicat avait négocié avec la direction, c’est à dire rendre 8 jours par an.

Le 12 septembre grève interprofessionnelle dans toute la France
contre les mesures Macron qui ont pour objectif de tuer les garanties collectives dans tous les secteurs
Psychiatrie : La CGT Santé appelle à une action et une grève nationale
le mardi 26 septembre devant toutes les ARS de France.

Contre les restrictions, les fusions, fermetures d’unités, de structures dans notre secteur, pour qu’il y ait des créations de postes et des moyens pour travailler.

Ce mouvement doit être l’occasion de dénoncer les attaques subies par la psychiatrie depuis plusieurs années…En effet pas question d’accepter les réductions constantes de budgets ni les mesures de rééquilibrage imposées par les ministères…Des actions sont menées depuis des années dans toute la France contre cette politique…Par notre mobilisation nous voulons faire changer l’axe de la politique hospitalière…C’est à dire l’orienter vers la réponse au besoins des populations…Abandonner la pure gestion comptable… Rendre les projets aux professionnels

  • Non à la dissolution, au démantèlement de la psychiatrie dans les GHT.
  • Non à la politique d’austérité qui détruit ce service indispensable, rendu aux publics et met à mal la cohésion sociale
    o Non aux fermetures de lits, de CMP, d’hôpitaux de jour et autres structures d’accueil.
    o Non aux suppressions de postes, et à la réduction des effectifs auprès des patients
  • Non aux politiques (ou à l’absence de politique) de soins qui favorise l’augmentation des situations de violences.
  • Non à l’institutionnalisation du mépris, de la souffrance au travail qui touche les salariés dans tous nos établissements.

Au cours de cette journée tous les professionnels de la psychiatrie sont invités à manifester leur volonté de dire :
• Oui, la France 5° puissance du monde doit se doter d’un service de soins en psychiatrie moderne et résolument humaniste, financé par la solidarité, principe fondateur de la Sécurité Sociale. Sur le modèle de la sectorisation, l’ensemble du territoire doit être pris en compte. (doit-on faire état des 35 % d’augmentation de capital des 500 plus riches français ! les moyens existent ?)
• Oui, nous exigeons que les moyens nous soient donnés pour répondre humainement et efficacement aux besoins de la population. Nous refusons d’être complices des conséquences des politiques d’austérité actuelles et passées.
• Nous refusons que les plus faibles et les plus vulnérables, soient stigmatisés et criminalisés et qu’au non de la sécurité, ils ne bénéficient pas des soins dont ils ont besoin. Oui, notre société doit privilégier le soin à l’incarcération.
• Oui nous exigeons une formation spécifique pour tous les soignants en psychiatrie.
• Oui nous exigeons que les moyens soient réévalués pour répondre correctement aux souffrances de nos concitoyens (structures d’accueil et personnel)
• Oui les professionnels de la psychiatrie que nous représentons exigent d’être reconnus et entendu par le ministère de la santé et au sein du récent comité de pilotage de la psychiatrie. Si nous avons été reçus, notre implication n’est pour l’instant pas vraiment désirée …..
Le 26 septembre nous vous proposons de mettre en place des rassemblements devant toutes les ARS ou devant les délégations territoriales avec demande de RDV pour faire entendre les revendications et pour ceux qui le souhaitent de participer au rassemblement qui aura lieu devant le ministère de la santé ou nous demandons aussi à être reçu
Bien sur, d’autres modes d’action peuvent être organisés pour rendre visible cette journée de grève et de manifestation…Cette journée a pour but de réunir nos petits bouts d’action et de nous donner de vraies perspectives de changer les choses.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *