Compte rendu du CTE du 8 février 2018

  1. Etat Prévisionnel des Recettes et des Dépenses pour 2018 :

Des économies, encore des économies et toujours des économies ! Pour répondre aux exigences de l’ARS l’hôpital a prévu de faire 2,5 millions d’économies pour 2018 dont 2 millions sur le personnel.

Après les 72 suppressions de postes en 2017, la saignée va continuer en 2018.

C’est le résultat des 1,4 milliards euros d’économies prévues par le gouvernement pour l’hôpital public.

Ce sont nos conditions de travail, les prises en charge qui vont encore se dégrader. Notre direction va même mettre en pratique le paiement d’un supplément pour les chambres individuelles aux patient-e-s qui ont une mutuelle. C’est une honte ! C’est 500 000 euros qui seront récupérés sur leur dos. Voilà l’hôpital entreprise à la sauce Mariotti ! voilà ce que nous combattons tous les jours !

 

Cette situation ne peut plus durer, de partout le secteur de la santé est en ébullition : grève aux urgences des HCL, grève des EHPAD, motion de la CME, des résistances professionnelles de partout dans nos services qui ne sont pas à minimiser, …

Nous devons dire stop !

Seule une mobilisation massive des personnels et des usagers fera bouger les choses.

 

En mars deux dates sont prévues : le 15 et le 22 mars. Nous devons nous mettre en grève, manifester.

Défendons l’hôpital public et la sécurité sociale qui doivent avoir les moyens financiers pour fonctionner. Défendons la fonction publique et notre statut qui sont attaqués : hausse de la CSG, le jour de carence (qui va permettre à l’hôpital du Vinatier de réaliser, sur notre dos, 175 000€ d’économie en 2018), le salaire au mérite, les licenciements autorisés dans la fonction publique hospitalière, les 120 000 suppressions de postes dans les fonctions publiques, les embauches en CDD ou Cdi désormais la règle, etc…

  1. Sécurisation des effectifs :

Pour la direction tout fonctionne. Pourtant à l’UHCD, les personnels se retrouvent régulièrement à 3 soignants au lieu de 4. Dans les services d’entrées il n’y a que 2 soignants en service en cas d’accompagnement d’un patient à l’extérieur de l’hôpital. Nous voulons que les effectifs de sécurité soient respectés, même lors d’un accompagnement ! La direction a d’ailleurs profité de la mise en place des effectifs minimums pour réquisitionner les ASH les jours de grève. Nous y sommes opposés. Puisqu’on parle d’effectif, rappelons également le manque crucial de médecin au SMAUP et des équipes en galère.

 

  1. Crèche :

Il est très difficile, voire impossible pour les agents en équipe d’avoir une place en cours d’année.

Nous rappelons qu’à son origine la crèche était prévue prioritairement pour ces agents. Aujourd’hui les contraintes budgétaires amènent le nombre de places à 50/50 entre les horaires de journées et en équipes. La direction refuse de revenir sur ce ratio pour ne pas perdre de financement de la CAF. Pour la CGT, notre crèche est une crèche hospitalière et elle doit avoir les moyens de fonctionner pour répondre aux besoins des agents. La CGT apporte tout son soutien au personnel de la crèche qui vit dans la galère du management.


  1. Pharmacie :

En vue de la mise en place du nouvel automate à la pharmacie nous avons demandé à ce que l’effectif de la pharmacie ne soit pas diminué et que tous les agents présents restent en poste. Nous avons également rappelé qu’il fallait au minimum 12 ou 13 préparateurs. La direction reconnait qu’il en faudrait au moins 12. Il n’y en a que 11 actuellement et la direction n’a pas parlé d’embauche. Elle prévoit qu’à terme tous les postes seront occupés par des préparateurs en pharmacie hospitalière diplômés. Pour nous dans ce cas il faut qu’elle forme les personnels présents actuellement et ouvre au moins 1 ou 2 nouveaux postes.

 

  1. Vêtements de travail des services techniques :

Après un an d’attente sans nouveaux bleus de travail, les vêtements commandés ne sont pas à la taille des agentsc’est le comble de l’absurdité ! Nous voulons que la direction voie avec les fournisseurs pour qu’ils les changent. Elle ne semble pas prête à le faire. Voilà comment la direction traite le personnel ouvrier de l’hôpital !

 

  1. Bilan à 6 mois de la nouvelle organisation de travail des ASH au pôle EST :

Avec la diminution à 5 ASH pour 2 unités les conditions de travail sont devenues catastrophiques. La charge de travail est trop importante avec un risque accru de maladie professionnelle, les ASH ont le sentiment d’être devenus des prestataires de service, de ne plus vraiment faire partie de équipes ; ils ne peuvent plus assister aux relèves et les glissements de tâches pour le reste du personnel sont importants (ASD, IDE).

Les services ne fonctionnent qu’avec des WOOGH et de l’intérim. Même les responsables du pôle reconnaissent que les roulements ne peuvent pas tourner. La direction prévoit 2 contrats aux grandes circulations pour permettre les remplacements. En gros c’est un mini pool qui cache son nom, composé de précaires. Pour nous la seule solution est de revenir à 4 ASH par unité sur des postes pérennes.

 
  1. Nouveau planning ASD à Tosquelles :

Encore un nouveau planning pour gérer l’austérité ! Ce planning intervient suite à la suppression de 2 postes IDE à Tosquelles fin 2017. Il aurait pour but de tenter de maintenir un soignant (IDE ou ASD) à la journée la semaine. Le constat est simple, ce planning ne tourne pas. Il n’y a que 3 soignants le dimanche matin. Au premier arrêt maladie ou pose de CA ça bloque. Les agents vont sans cesse devoir faire des changements, y compris la semaine pour équilibrer les plannings.

Vote : Contre : CGT, FO      Abstention : CFDT

 

  1. Organisation de l’accueil à l’UMD :

Dans un autre contexte nous aurions appuyé ce dossier qui consiste à intégrer les agents de l’équipe de sûreté en poste à l’UMD au sein même du pôle USIP/UMD et d’avoir une réflexion sur ce poste. Mais dans ce cas précis ce projet a été mis en place pour écarter les agents de la sûreté qui ont « osé » dénoncer les pratiques de leur responsable. Sur ce dossier la direction a refusé le danger grave et imminent déposé par les agents et la CGT, elle a refusé la mise en place d’une enquête CHSCT. La réponse de la direction a été la mutation de force de 3 d’entre eux à l’UMD et des 2 autres en tant qu’ASH en service de soins. De fait, la direction cautionne les agissements du responsable. La CGT est au côté des agents maltraités.

Pour en revenir à l’UMD, nous avons demandé de mettre l’effectif à 5 agents et non 4. Comme pour les effectifs de nuit il faut au moins 5 agents pour que ça puisse tourner. La direction a refusé.

Vote : Abstention : CGT, FO     Pour : CFDT

 

Le 27 février, nous appelons les personnels au rassemblement à 15h00 devant l’ARS pour défendre la santé, le médico-sociale, les EHPAD

PROCHAINES MOBILISATIONS :

Le 8 mars : journée de lutte et de grève pour le droit des femmes. Rassemblement à 15h40 place de la Comédie et manifestation à 17h30 en direction de Bellecourt.

Toutes les infos sur  https://8mars15h40.fr/

 Les 15 et 22 mars : journées nationales de mobilisation. Résistons, mobilisons-nous, la lutte est une épreuve de fond !
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.